--> Fleurs Du Mal

Fleurs Du Mal

Poèmes et sentiments

Certaines poésies et photographies sont personnelles, quelques photographies ont un copyright, merci de ne rien copier sans autorisation Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

jeudi 22 mai 2008

Méditation

m_ditation

On aime d’abord par hasard
Par jeu, par curiosité
Pour avoir dans un regard
Lu des possibilités

Et puis comme au fond de soi-même
On s’aime beaucoup
Si quelqu’un vous aime, on l’aime
Par conformité de goût

On se rend grâce, on s’invite
À partager ses moindres mots
On prend l’habitude vite
D’échanger de petits mots
Quand on a longtemps dit les mêmes
On les redit sans y penser
Et alors, mon Dieu, on aime
Parce qu’on a commencé.

Paul Géraldy

meditation

Poème proposé par LuCie W à 21:32
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

dimanche 18 mai 2008

Tu ne serais pas une femme

AT1__82_

Tu ne serais pas une femme
Si tu ne savais pas si bien
Te faire et te refaire une âme,
Une âme neuve avec un rien.
À ce jeu ta science est telle
Que chaque fois que je te vois
Tu fais semblant d’être nouvelle
Et j’y suis pris toutes les fois.

Paul Géraldy

15868476

Poème proposé par LuCie W à 07:45
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

lundi 28 avril 2008

Abat-jour

abat_jour

Tu demandes pourquoi je reste sans rien dire ?
C'est que voici le grand moment,
l'heure des yeux et du sourire,
le soir, et que ce soir je t'aime infiniment !
Serre-moi contre toi. J'ai besoin de caresses.
Si tu savais tout ce qui monte en moi, ce soir,
d'ambition, d'orgueil, de désir, de tendresse, et de bonté !...
Mais non, tu ne peux pas savoir !...
Baisse un peu l'abat-jour, veux-tu ? Nous serons mieux.
C'est dans l'ombre que les coeurs causent,
et l'on voit beaucoup mieux les yeux
quand on voit un peu moins les choses.
Ce soir je t'aime trop pour te parler d'amour.
Serre-moi contre ta poitrine!
Je voudrais que ce soit mon tour d'être celui que l'on câline...
Baisse encore un peu l'abat-jour.
Là. Ne parlons plus. Soyons sages.
Et ne bougeons pas. C'est si bon
tes mains tièdes sur mon visage!...

 

Paul Geraldy
"Toi et Moi"

32

Poème proposé par LuCie W à 18:15
Autres poèmes écrits dans Nuits d'hiver ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [2]

Permalien [#]

mardi 12 juin 2007

Quarante ans

quarante_ans

Quarante ans: la maturité!

Plus de force, moins de santé.

Plus d'allure, moins de beauté.

Plus de hauteur, moins de fierté.

Moins d'appétits, plus d'exigences.

Moins d'élan, plus de volonté.

Moins de foi, plus d'autorité.

Moins de coeur, plus d'humanité.

Plus de vertu, moins d'innocence.

Et quelque bien a quoi l'on pense,

plus de prix et moins d'importance...

Noire lumière de l'Été !

Paul Géraldy


oiseauencoeur

Il se reconnaîtra

Poème proposé par LuCie W à 10:12
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [5]

Permalien [#]

jeudi 8 juin 2006

Passé

fdm1

Tu avais jadis, lorsque je t'ai prise,
il y a trois ans,
des timidités, des pudeurs exquises.
Je te les ai désapprises.
Je les regrette à présent.
A présent, tu viens, tu te déshabilles,
tu noues tes cheveux, tu me tends ton corps...
Tu n'étais pas si prompte alors.
Je t'appelais : ma jeune fille.
Tu t'approchais craintivement.
Tu avais peur de la lumière.
Dans nos plus grands embrassements,
je ne t'avais pas tout entière...
Je t'en voulais. J'étais avide,
ce pauvre baiser trop candide,
de le sentir répondre au mien.
Je te disais, tu t'en souviens :
« Vous ne seriez pas si timide
si vous m'aimiez tout à fait bien!... »
Et maintenant je la regrette
cette enfant au front sérieux,
qui pour être un peu plus secrète
mettait son bras nu sur ses yeux.

Paul Geraldy

(Toi et Moi- 1885)

502c

Poème proposé par LuCie W à 10:17
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [5]

Permalien [#]

mercredi 24 mai 2006

Absence

508a

Ce n'est pas dans le moment
où tu pars que tu me quittes.
Laisse-moi, va, ma petite,
il est tard, sauve-toi vite!
Plus encor que tes visites
j'aime leurs prolongements.

Tu m'es plus présente, absente.
Tu me parles. Je te vois.
Moins proche, plus attachante,
moins vivante, plus touchante,
tu me hantes, tu m'enchantes!
Je n'ai plus besoin de toi.

Mais déjà pâle, irréelle,
trouble, hésitante, infidèle,
tu te dissous dans le temps.
Insaisissable, rebelle,
tu m'échappes, je t'appelle.
Tu me manques, je t'attends!

Paul Geraldy

(Toi et Moi - 1885)

508b


 

Poème proposé par LuCie W à 22:13
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [3]

Permalien [#]