--> Fleurs Du Mal

Fleurs Du Mal

Poèmes et sentiments

Certaines poésies et photographies sont personnelles, quelques photographies ont un copyright, merci de ne rien copier sans autorisation Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

mercredi 5 mai 2010

Baiser

2827172044_3

Renverse-toi que je prenne ta bouche,
Calice ouvert, rouge possession,
Et que ma langue où vit ma passion
Entre tes dents s'insinue et te touche:

C'est une humide et molle profondeur,
Douce à mourir, où je me perds et glisse;
C'est un abîme intime, clos et lisse,
Où mon désir s'enfonce jusqu'au cœur...

-Ah ! puisse aussi t'atteindre au plus sensible,
Dans son ampleur et son savant détail,
Ce lent baiser, seule étreinte possible,
Fait de silence et de tiède corail;

Puissé-je voir enfin tomber ta tête
Vaincue, à bout de sensualité,
Et détournant mes lèvres, te quitter,
Laissant au moins ta bouche satisfaite !...



Lucie Delarue
n16186469

Poème proposé par LuCie W à 15:46
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [48]

Permalien [#]

vendredi 13 mars 2009

Sonnet d’été

sonnet_d__t_

Nous habiterons un discret boudoir,
Toujours saturé d’une odeur divine,
Ne laissant entrer, comme on le devine,
Qu’un jour faible et doux ressemblant au soir.

Une blonde frêle, en mignon peignoir
Tirera des sons d’une mandoline,
Et les blancs rideaux, tout en mousseline
Seront réfléchis par un grand miroir.

Quand nous aurons faim, pour toute cuisine
Nous grignoterons des fruits de la Chine,
Et nous ne boirons que dans du vermeil ;

Pour nous endormir, ainsi que des chattes,
Nous nous étendrons sur de fraîches nattes ;
Nous oublierons tout, — même le soleil !

Germain Nouveau

sonnet_d_ete

Poème proposé par LuCie W à 18:29
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [5]

Permalien [#]

dimanche 8 mars 2009

A une robe rose

A_une_robe_rose

Que tu me plais dans cette robe
Qui te déshabille si bien,
Faisant jaillir ta gorge en globe,
Montrant tout nu ton bras païen !

Frêle comme une aile d'abeille,
Frais comme un coeur de rose-thé,
Son tissu, caresse vermeille,
Voltige autour de ta beauté.

De l'épiderme sur la soie
Glissent des frissons argentés,
Et l'étoffe à la chair renvoie
Ses éclairs roses reflétés.

D'où te vient cette robe étrange
Qui semble faite de ta chair,
Trame vivante qui mélange
Avec ta peau son rose clair ?

Est-ce à la rougeur de l'aurore,
A la coquille de Vénus,
Au bouton de sein près d'éclore,
Que sont pris ces tons inconnus ?

Ou bien l'étoffe est-elle teinte
Dans les roses de ta pudeur ?
Non ; vingt fois modelée et peinte,
Ta forme connaît sa splendeur.

Jetant le voile qui te pèse,
Réalité que l'art rêva,
Comme la princesse Borghèse
Tu poserais pour Canova.

Et ces plis roses sont les lèvres
De mes désirs inapaisés,
Mettant au corps dont tu les sèvres
Une tunique de baisers.

Théophile Gautier
A_une_robe_rose

Poème proposé par LuCie W à 17:00
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

Les plus beaux vers…

les_plus_beaux_vers

Les plus beaux vers sont ceux qu’on n’écrira jamais,
Fleurs de rêves dont l’âme a respiré l’arôme,
Lueurs d’un infini, sourires d’un fantôme,
Voix de plaine que l’on entend sur les sommets.

L’intraduisible espace est hanté de poèmes
Mystérieux exil, Eden, jardin sacré
Où le péché de l’art n’a jamais pénétré
Mais que tu pourras voir quelque jour, si tu m’aimes.

Quelque soir où l’amour fondra nos deux esprits,
En silence, dans un silence qui se pâme
Viens pencher longuement ton âme sur mon âme
Pour y lire les vers que je n’ai pas écrits...


Edmond Haraucourt
1856 -1941

les_plus_beaux_vers

Poème proposé par LuCie W à 12:16
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

samedi 21 février 2009

La rivière

tes_seins_brillaient


Tes jeunes seins brillaient sous la lune

Mais il a jeté

Le caillou glacé

La froide pierre de la jalousie

Sur le reflet

De ta beauté

Qui dansait nue sur la rivière

Dans la splendeur de l’été.


Jacques Prévert

11979356

Poème proposé par LuCie W à 19:05
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

mercredi 7 janvier 2009

Donne moi tes yeux

f12444863a


Donne-moi tes yeux
Pour les enfouir dans mon visage vieillissant
Pour me voir resplendissant.
 

Donne-moi tes yeux,
Ta vue bleue qui toujours édifie,
Compatit, embellit.
 

Donne-moi tes yeux
Qui tuent, brulent, désirent,

Qui beau me voient.

Donne-moi tes yeux,
Je m’aime moi-même si je t’aime

Et jaloux suis-je de tes yeux.

Endre Ady

(Poète hongrois 1877-1919)


12523612


Poème proposé par LuCie W à 16:11
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

mardi 30 décembre 2008

Le souvenir d'amour

Libre__60_

Le souvenir d'amour, c'est pas un cœur
au bout d'une chaîne, ni peint à l'entonnoir
sur un cochon de pain d'épice à la foire,
ni un feu d'artifice la main dans la main
enfin, c'est pas ce qui est gravé dans
ma mémoire, c'est ce qui est tatoué invisible
sur mon corps tout entier,
mon corps aimé, caressé, admiré.

Jacques Prévert

12177304

Poème proposé par LuCie W à 21:27
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [3]

Permalien [#]

samedi 21 juin 2008

Aveu dans le silence

6

Dans l’orage secret, dans le désordre extrême
Je n’ose m’avouer à moi-même que j’aime !
Cela m’est trop cruel, trop terrible… Mais j’aime !
       

Pourquoi je l’aime ainsi ? L’éclat de ses cheveux…
Sa bouche… Son regard !… Ce qu’elle veut, je veux.
Je ne vis que de la clarté de ses cheveux…        

Et je ne vis que du rayon de ce sourire
Qui m’attendrit, et que j’appelle et je désire…
O miracle de ce miraculeux sourire !…
       

Sa robe a des plis doux qui chantent… Et ses yeux
Gris-verts ont un regard presque… miraculeux…
J’adore ses cheveux et son front et ses yeux…
       

Elle ne saura point, jamais, combien je l’aime
Cependant ! Car jamais ma jalousie extrême
Ne lui laissera voir, jamais, combien je l’aime !

Renée Vivien

 

12538719 

Poème proposé par LuCie W à 12:01
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [12]

Permalien [#]

dimanche 8 juin 2008

Je t'aime ..

je_t_aime

Je t'aime d'être faible et câline en mes bras
Et de chercher le sûr refuge de mes bras
Ainsi qu'un berceau tiède où tu reposeras.

Je t'aime d'être rousse et pareille à l'automne,
Frêle image de la Déesse de l'automne
Que le soleil couchant illumine et couronne.

Je t'aime d'être lente et de marcher sans bruit
Et de parler très bas et de haïr le bruit,
Comme l'on fait dans la présence de la nuit.

Et je t'aime surtout d'être pâle et mourante,
Et de gémir avec des sanglots de mourante,
Dans le cruel plaisir qui s'acharne et tourmente.

Je t'aime d'être, ô soeur des reines de jadis,
Exilée au milieu des splendeurs de jadis,
Plus blanche qu'un reflet de lune sur un lys...

Je t'aime de ne point t'émouvoir, lorsque blême
Et tremblante je ne puis cacher mon front blême,
Ô toi qui ne sauras jamais combien je t'aime !

 Renée Vivien

JE_T_AIME

Poème proposé par LuCie W à 18:00
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [8]

Permalien [#]

vendredi 6 juin 2008

Lucidité

lucidit_

L’art délicat du vice occupe tes loisirs,
Et tu sais réveiller la chaleur des désirs
Auxquels ton corps perfide et souple se dérobe.
L’odeur du lit se mêle aux parfums de ta robe.
Ton charme blond ressemble à la fadeur du miel.
Tu n’aimes que le faux et l’artificiel,
La musique des mots et des murmures mièvres.
Ton baiser se détourne et glisse sur les lèvres.
Tes yeux sont des hivers pâlement étoilés.
Les deuils suivent tes pas en mornes défilés.
Ton geste est un reflet, ta parole est une ombre.
Ton corps s’est amolli sous des baisers sans nombre,
Et ton âme est flétrie et ton corps est usé.
Languissant et lascif, ton frôlement rusé
Ignore la beauté loyale de l’étreinte.
Tu mens comme l’on aime, et, sous ta douceur feinte,
On sent le rampement du reptile attentif.
Au fond de l’ombre, elle une mer sans récif,
Les tombeaux sont encor moins impurs que ta couche…
O Femme ! Je le sais, mais j’ai soif de ta bouche !

Renée Vivien

lucidite

Poème proposé par LuCie W à 19:03
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [2]

Permalien [#]