--> Fleurs Du Mal

Fleurs Du Mal

Poèmes et sentiments

Certaines poésies et photographies sont personnelles, quelques photographies ont un copyright, merci de ne rien copier sans autorisation Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

dimanche 1 juin 2008

L'inquiet désir

L_inquiet_d_sir

Voici l'été encor, la chaleur, la clarté,
La renaissance simple et paisible des plantes,
Les matins vifs, les tièdes nuits, les journées lentes,
La joie et le tourment dans l'âme rapportés.

- Voici le temps de rêve et de douce folie
Où le coeur, que l'odeur du jour vient enivrer,
Se livre au tendre ennui de toujours espérer
L'éclosion soudaine et bonne de la vie,

Le coeur monte et s'ébat dans l'air mol et fleuri.
- Mon coeur, qu'attendez-vous de la chaude journée,
Est-ce le clair réveil de l'enfance étonnée
Qui regarde, s'élance, ouvre les mains et rit ?

Est-ce l'essor naïf et bondissant des rêves
Qui se blessaient aux chocs de leur emportement,
Est-ce le goût du temps passé, du temps clément,
Où l'âme sans effort sentait monter sa sève ?

- Ah ! mon coeur, vous n'aurez plus jamais d'autre bien
Que d'espérer l'Amour et les jeux qui l'escortent,
Et vous savez pourtant le mal que vous apporte
Ce dieu tout irrité des combats dont il vient...

Anna de Noailles

l_inquiet_desir

Poème proposé par LuCie W à 18:00
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

lundi 26 mai 2008

Si je n'aimais que toi en toi

si_je_n_aimais_que_toi_en_toi

Si je n'aimais que toi en toi
Je guérirais de ton visage
Je guérirais bien de ta voix
Qui m'émeut comme lorsqu'on voit
Dans le nocturne paysage
La lune énigmatique et sage
Qui nous étonne chaque fois

Si c'était toi par qui je rêve
Toi vraiment seul, toi seulement
J'observerais tranquillement
Ce clair contour, cette âme brève
Qui te commence et qui t'achève

Mais à cause de nos regards

A cause de l'insaisissable
A cause de tous les hasards
Je suis parmi toi haute et stable
Comme le palmier dans les sables
Nous sommes désormais égaux
Tout nous joint, rien ne nous sépare
Je te choisis si je compare
C'est toi le riche et moi l'avare
C'est toi le chant et moi l'écho
Et t'ayant comblé de moi-même
O visage par qui je meurs

Rêves, désir, parfums, rumeurs
Est-ce toi ou bien moi que j'aime.

Anna de Noailles


Si_je_n_aimais_que_toi

Poème proposé par LuCie W à 17:17
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]