--> Fleurs Du Mal

Fleurs Du Mal

Poèmes et sentiments

Certaines poésies et photographies sont personnelles, quelques photographies ont un copyright, merci de ne rien copier sans autorisation Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

lundi 9 mars 2009

L'absence

L_absence

Je te parle à travers les villes
Je te parle à travers les plaines
Ma bouche est sur ton oreiller
Les deux faces des murs font face
A ma voix qui te reconnaît
Je te parle d'éternité

O villes souvenirs de villes
Villes drapées dans nos désirs
Villes précoces et tardives
Villes fortes villes intimes
Dépouillées de tous leurs maçons
De leurs penseurs de leurs fantômes

Campagne règle d'émeraude
Vive vivante survivante
Le blé du ciel sur notre terre
Nourrit ma voix je rêve et pleure
Je ris et rêve entre les flammes
Entre les grappes du soleil
Et sur mon corps ton corps étend
La nappe de son miroir clair.

Paul Eluard
l_absence

Poème proposé par LuCie W à 19:44
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [3]

Permalien [#]

dimanche 8 mars 2009

Je me souviens de toi

je_me_souviens

Je me souviens de toi telle que tu étais en ce dernier automne :
Un simple béret gris avec le cœur en paix.
Dans tes yeux combattaient les feux du crépuscule.
Et les feuilles tombaient sur les eaux de ton âme.

Enroulée à mes bras comme un volubilis,
Les feuilles recueillaient ta voix lente et paisible.
Un bûcher de stupeur où ma soif se consume.
Douce jacinthe bleue qui se tord sur mon âme.

Je sens tes yeux qui vont et l'automne est distant :
Béret gris, cris d'oiseau, cœur où l'on est chez soi
Et vers eux émigraient mes désirs si profonds
Et mes baisers tombaient joyeux comme des braises.

Le ciel vu d'un bateau. Les champs vus des collines :
Lumière, étang de paix, fumée, ton souvenir.
Au-delà de tes yeux brûlaient les crépuscules.
Sur ton âme tournaient les feuilles de l'automne.

Pablo Neruda

je_me_souviens_de_toi

Poème proposé par LuCie W à 19:00
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [2]

Permalien [#]

lundi 2 mars 2009

La solitude

solitude


Mon Dieu ! que tes cheveux me plaisent !
Il s’ébattent dessus ton front

Et, les voyant beaux comme ils sont,

Je suis jaloux quand ils te baisent.


Belle bouche d’ambre et de rose

Ton entretien est déplaisant

Si tu ne dis, en me baisant,

Qu’aimer est une belle chose


 D’un air plein d’amoureuse flamme,

Aux accents de ta douce voix,

Je vois les fleuves et les bois

S’embraser comme a fait mon âme.


Théophile de Viau


16738308

Poème proposé par LuCie W à 20:32
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [2]

Permalien [#]

jeudi 8 janvier 2009

Aimer à perdre la raison

Aimer___perdre_la_raison

Aimer à perdre la raison
Aimer à n'en savoir que dire
A n'avoir que toi d'horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison
 
Ah c'est toujours toi que l'on blesse
C'est toujours ton miroir brisé
Mon pauvre bonheur, ma faiblesse
Toi qu'on insulte et qu'on délaisse
Dans toute chair martyrisée
 
Aimer à perdre la raison
Aimer à n'en savoir que dire
A n'avoir que toi d'horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison
 
La faim, la fatigue et le froid
Toutes les misères du monde
C'est par mon amour que j'y crois
En elle je porte ma croix
Et de leurs nuits ma nuit se fonde
 
Aimer à perdre la raison
Aimer à n'en savoir que dire
A n'avoir que toi d'horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison

Aragon

Aimer___perdre_la_raison2



Découvrez Jean Ferrat!

Poème proposé par LuCie W à 18:07
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

samedi 7 juin 2008

Beauté des femmes

beaute_des_femmes
Beauté des femmes, leur faiblesse, et ces mains pâles
Qui font souvent le bien et peuvent tout le mal,
Et ces yeux, où plus rien ne reste d'animal
Que juste assez pour dire : " assez " aux fureurs mâles.

Et toujours, maternelle endormeuse des râles,
Même quand elle ment, cette voix !  Matinal
Appel, ou chant bien doux à vêpre, ou frais signal,
Ou beau sanglot qui va mourir au pli des châles !...

Hommes durs !  Vie atroce et laide d'ici-bas !
Ah ! que du moins, loin des baisers et des combats,
Quelque chose demeure un peu sur la montagne,

Quelque chose du coeur enfantin et subtil,
Bonté, respect !  Car, qu'est-ce qui nous accompagne
Et vraiment, quand la mort viendra, que reste-t-il?

Verlaine
beaut__des_femmes
     

Poème proposé par LuCie W à 18:00
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

jeudi 5 juin 2008

A Mademoiselle

a_mademoiselle

Oui, femme, quoi qu'on puisse dire
Vous avez le fatal pouvoir
De nous jeter par un sourire
Dans l'ivresse ou le désespoir.

Oui, deux mots, le silence même,
Un regard distrait ou moqueur,
Peuvent donner à qui vous aime
Un coup de poignard dans le coeur.

Oui, votre orgueil doit être immense,
Car, grâce a notre lâcheté,
Rien n'égale votre puissance,
Sinon, votre fragilité.

Mais toute puissance sur terre
Meurt quand l'abus en est trop grand,
Et qui sait souffrir et se taire
S'éloigne de vous en pleurant.

Quel que soit le mal qu'il endure,
Son triste sort est le plus beau.
J'aime encore mieux notre torture
Que votre métier de bourreau.

Alfred de Musset

amademoiselle

Poème proposé par LuCie W à 09:00
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

vendredi 30 mai 2008

La tristesse

74832022

Je m’en vais tristement, déçu par mes amis,
J’ai même fermé la porte qui restait grand ouverte
Pour les flatteurs, les envieux et les aigris
Qui jouaient les anges mais souhaitaient ma perte.

Je ne sais pas où je vais, mais je ne retournerai
Plus jamais goûter à votre vie de peste ;
Loin, dans un coin perdu j’irai me reposer,
Mon cou plongé dans le col gris de ma veste.

Dritëro Agolli
(Poète albanais)

OJGOJ

Poème proposé par LuCie W à 18:00
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [2]

Permalien [#]

mardi 27 mai 2008

Le baiser

le_baiser

Reçois ce baiser sur le front!
Et, puisque que c'est l'heure de te quitter
Alors c'est bien haut que j'avoue
Tu n'as pas tort, toi qui juges
Que mes jours ont été un rêve;
Et si l'Espoir s'est enfui
Pendant la nuit ou pendant le jour
Dans une vision ou dans aucune,
Pour autant s'en est-il moins allé?
TOUT ce que nous voyons ou paraissons
N'est qu'un rêve dans un rêve.

Allan Edgar Poe

le_baiser

Poème proposé par LuCie W à 08:50
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

samedi 24 mai 2008

Le mauvais jardinier

mauvais_jardinier

Dans les jardins d'hiver des fleuristes bizarres
Sèment furtivement des végétaux haineux,
Dont les tiges bientôt grouillent comme les noeuds
Des serpents assoupis aux bords boueux des mares.

Leurs redoutables fleurs, magnifiques et rares,
Où coulent de très lourds parfums vertigineux,
Ouvrent avec orgueil leurs vases vénéneux.
La mort s'épanouit dans leurs splendeurs barbares.
Leurs somptueux bouquets détruisent la santé
Et c'est pour en avoir trop aimé la beauté
Qu'on voit dans les palais languir les blanches reines.

Et moi, je vous ressemble, ô jardiniers pervers !
Dans les cerveaux hâtifs où j'ai jeté mes graines,
Je regarde fleurir les poisons de mes vers.

Iwan Gilkin

mauvais_jardinier

Poème proposé par LuCie W à 10:26
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [4]

Permalien [#]

jeudi 15 mai 2008

Adieu

z70414957

Adieu ! je crois qu'en cette vie
Je ne te reverrai jamais.
Dieu passe, il t'appelle et m'oublie ;
En te perdant je sens que je t'aimais.

Pas de pleurs, pas de plainte vaine.
Je sais respecter l'avenir.
Vienne la voile qui t'emmène,
En souriant je la verrai partir.


Tu t'en vas pleine d'espérance,
Avec orgueil tu reviendras ;
Mais ceux qui vont souffrir de ton absence,
Tu ne les reconnaîtras pas.

Adieu ! tu vas faire un beau rêve
Et t'enivrer d'un plaisir dangereux ;
Sur ton chemin l'étoile qui se lève
Longtemps encor éblouira tes yeux.

Un jour tu sentiras peut-être
Le prix d'un coeur qui nous comprend,
Le bien qu'on trouve à le connaître,
Et ce qu'on souffre en le perdant

Alfred de Musset

25478451256

Poème proposé par LuCie W à 08:43
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [3]

Permalien [#]