--> Fleurs Du Mal

Fleurs Du Mal

Poèmes et sentiments

Certaines poésies et photographies sont personnelles, quelques photographies ont un copyright, merci de ne rien copier sans autorisation Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

lundi 12 mai 2008

Le jardin de Prévert

jardin_de_prevert

Des milliers et des milliers d'années
Ne sauraient suffire
Pour dire La petite seconde d'éternité
Où tu m'as embrassé
Où je t'ai embrassée
Un matin dans la lumière de l'hiver
Au parc Montsouris à Paris
A Paris
Sur la terre
La terre qui est un astre.

Prévert

jardindeprevert

Poème proposé par LuCie W à 11:45
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [5]

Permalien [#]

dimanche 11 mai 2008

Petit mort pour rire

petit_mort

Va vite, léger peigneur de comètes !
Les herbes au vent seront tes cheveux ;
De ton œil béant jailliront les feux
Follets, prisonniers dans les pauvres têtes...

Les fleurs de tombeau qu’on nomme Amourettes
Foisonneront plein ton rire terreux...
Et les myosotis, ces fleurs d’oubliettes...

Ne fais pas le lourd : cercueils de poètes
Pour les croque-morts sont de simples jeux,
Boîtes à violon qui sonnent le creux...
Ils te croiront mort — Les bourgeois sont bêtes —
Va vite, léger peigneur de comètes !

Tristan Corbière

myosotis

Poème proposé par LuCie W à 21:00
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [3]

Permalien [#]

Lorsque tu fermeras mes yeux....

fermer_les_yeux1

Lorsque tu fermeras mes yeux a la lumière,
Baise-les longuement, car ils t'auront donné
Tout ce qui peut tenir d'amour passionné
Dans le dernier regard de leur ferveur dernière.

 

Sous l'immobile éclat du funèbre flambeau,
Penche vers leur adieu ton triste et beau visage
Pour que s'imprime et dure en eux la seule image
Qu'ils garderont dans le tombeau.

 

Et que je sente, avant que le cercueil ne se cloue,
Sur le lit pur et blanc se rejoindre nos mains,
Et que près de mon front, sur les pales coussins,
Une suprême fois se repose ta joue.

 

Et qu'après je m'en aille au loin avec mon coeur
Qui te conservera une flamme si forte
Que même à travers la terre compacte et morte
Les autres morts en sentiront l'ardeur.

 

Émile Verhaeren

fermerlesyeux2

Poème proposé par LuCie W à 10:28
Autres poèmes écrits dans Nuits d'hiver ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [3]

Permalien [#]

samedi 10 mai 2008

Fanny

Fanny

Fanny, l'heureux mortel qui près de toi respire
Sait, à te voir parler et rougir et sourire,
De quels hôtes divins le ciel est habité.
La grâce, la candeur, la naïve innocence
Ont, depuis ton enfance,
De tout ce qui peut plaire enrichi ta beauté.

Sur tes traits, où ton âme imprime sa noblesse,
Elles ont su mêler aux roses de jeunesse
Ces roses de pudeur, charmes plus séduisants,
Et remplir tes regards, tes lèvres, ton langage,
De ce miel dont le sage
Cherche lui-même en vain à défendre ses sens.

Oh ! que n'ai-je moi seul tout l'éclat et la gloire
Que donnent les talents, la beauté, la victoire,
Pour fixer sur moi seul ta pensée et tes yeux ;
Que, loin de moi, ton coeur fût plein de ma présence,
Comme, dans ton absence,
Ton aspect bien-aimé m'est présent en tous lieux !

 

André Chénier

rose2

Poème proposé par LuCie W à 20:55
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

Dans les rues de la ville

amour_

Dans les rues de la ville, il y a mon amour.
Peu importe où il va dans le temps divisé.
Il n'est plus mon amour : chacun peut lui parler.
Il ne se souvient plus qui, au juste, l'aima.

Il cherche son pareil dans le voeu des regards.
L'espace qu'il parcourt est ma fidélité.
Il dessine l'espoir, puis, léger, l'éconduit.

Je vis au fond de lui comme une épave heureuse.
A son insu, ma liberté est son trésor !
Dans le grand méridien où s'inscrit son essor,
Ma solitude se creuse.

Dans les rues de la ville, il y a mon amour.
Peu importe où il va dans le temps divisé.
Il n'est plus mon amour : chacun peut lui parler.
Il ne se souvient plus qui, au juste, l'aima
Et l'éclaire de loin pour qu'il ne tombe pas !

René Char

amour__

Poème proposé par LuCie W à 16:30
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [3]

Permalien [#]

vendredi 9 mai 2008

Le Mensonge

03

J’ai creusé mon cachot dans le mensonge épais,
Impénétrable et sombre, où, geôlier de moi-même,
Je m’enferme à l’abri même, de ceux que j’aime,
Plus seul quand j’ai parlé qu’aux temps où je me tais.

Ma parole est un mur sans porte ni fenêtre
Qui monte autour de moi, dur, puissant et massif,
Avec maint bas-relief gai, trompeur et lascif :
Et nul œil curieux jusqu’à moi ne pénètre.

Seul, je me connais. Seul, je sais ce que je suis.
Seul, j’allume ma lampe en mes sinistres nuits.
Et, seul, je me contemple et, seul, je me possède.

Je me couche, comme un chartreux, dans mon linceul,
Et, loin de tout désir qui me flatte ou m’obsède,
Je goûte, comme Dieu, le néant d’être seul.

Iwan Gilkin

24960313

Poème proposé par LuCie W à 12:24
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [7]

Permalien [#]

jeudi 1 mai 2008

Se voir le plus possible et s'aimer seulement...

aaaaa

Sans ruses et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu’un désir nous trompe, ou qu’un remord nous ronge,
Vivre à deux et donner son cœur à tout moment ;
Respecter sa pensée aussi loin qu’on y plonge,
Faire de son amour un jour au lieu d’un songe,
Et dans cette clarté respirer librement ;
Ainsi respirait Laure et chantait son amant.

 

Vous dont chaque pas touche à la grâce suprême,
C’est vous la tête en fleurs qu’on croirait sans souci,
C’est vous, la tête en fleurs, qu’on croirait sans soucis,
C’est vous qui me disiez qu’il faut aimer ainsi.

 

Et c’est moi, vieil enfant du doute et du blasphème,
Qui vous écoute, et pense, et vous répond ceci :
«Oui, l’on vit autrement, mais c’est ainsi qu’on aime ».

 

Alfred de Musset

compo18

Poème proposé par LuCie W à 21:50
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

mardi 29 avril 2008

Soleil d'hiver

aa2851

Hélas ! hier encor sur mon front, sur ma lèvre,
Sont venus se poser la joie et le plaisir,
J’ai ri comme une folle... aujourd’hui j’ai la fièvre,
Car ma porte est fermée et j’en ai le loisir.

Ô pauvre humanité ! J’ai pitié de moi-même
Quand mon masque s’en va décollé par mes pleurs
Et qu’apparaît, meurtri, costumé, maigre, blême,
Mon visage, dont tous admiraient les couleurs.

— Nous sommes en janvier : le ciel, d’un azur tendre,
Réfléchit sa splendeur dans les flots clapotants ;
Le vent est si léger qu’à peine on peut l’entendre,
Le soleil est si doux qu’on dirait le printemps.

Mais, comme ces rayons à la nature morte
Se prodiguent en vain et ne fécondent rien,
Dans mon âme la peine est aussi la plus forte :
Mon rire est un mensonge, et l’amour le sait bien !

Louisa Siefert

_AA

Poème proposé par LuCie W à 21:33
Autres poèmes écrits dans Nuits d'hiver ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

lundi 28 avril 2008

Abat-jour

abat_jour

Tu demandes pourquoi je reste sans rien dire ?
C'est que voici le grand moment,
l'heure des yeux et du sourire,
le soir, et que ce soir je t'aime infiniment !
Serre-moi contre toi. J'ai besoin de caresses.
Si tu savais tout ce qui monte en moi, ce soir,
d'ambition, d'orgueil, de désir, de tendresse, et de bonté !...
Mais non, tu ne peux pas savoir !...
Baisse un peu l'abat-jour, veux-tu ? Nous serons mieux.
C'est dans l'ombre que les coeurs causent,
et l'on voit beaucoup mieux les yeux
quand on voit un peu moins les choses.
Ce soir je t'aime trop pour te parler d'amour.
Serre-moi contre ta poitrine!
Je voudrais que ce soit mon tour d'être celui que l'on câline...
Baisse encore un peu l'abat-jour.
Là. Ne parlons plus. Soyons sages.
Et ne bougeons pas. C'est si bon
tes mains tièdes sur mon visage!...

 

Paul Geraldy
"Toi et Moi"

32

Poème proposé par LuCie W à 18:15
Autres poèmes écrits dans Nuits d'hiver ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [2]

Permalien [#]

dimanche 27 avril 2008

Parfois je suis triste

RSE_CRW_0313_01_copie

Parfois, je suis triste.
Et, soudain, je pense à elle.
Alors, je suis joyeux.
Mais je redeviens triste
de ce que je ne sais pas
combien elle m’aime.
Elle est la jeune fille
à l’âme toute claire,
et qui, dedans son cœur,
garde avec jalousie
l’unique passion
que l’on donne à un seul.
Elle est partie
avant que s’ouvrent les tilleuls,
et, comme ils ont fleuri
depuis qu’elle est partie,
je me suis étonné de voir
ô mes amis,
des branches de tilleuls
qui n’avaient pas de fleurs.


Francis Jammes

982156

Poème proposé par LuCie W à 18:32
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [5]

Permalien [#]