--> Fleurs Du Mal

Fleurs Du Mal

Poèmes et sentiments

Certaines poésies et photographies sont personnelles, quelques photographies ont un copyright, merci de ne rien copier sans autorisation Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

vendredi 30 mai 2008

Ma morte vivante

ma_morte_vivante

Dans mon chagrin, rien n’est en mouvement
J’attends, personne ne viendra
Ni de jour, ni de nuit
Ni jamais plus de ce qui fut moi-même

Mes yeux se sont séparés de tes yeux
Ils perdent leur confiance, ils perdent leur lumière
Ma bouche s’est séparée de ta bouche
Ma bouche s’est séparée du plaisir
Et du sens de l’amour, et du sens de la vie
Mes mains se sont séparées de tes mains
Mes mains laissent tout échapper
Mes pieds se sont séparés de tes pieds
Ils n’avanceront plus, il n’y a plus de route
Ils ne connaîtront plus mon poids, ni le repos

Il m’est donné de voir ma vie finir
Avec la tienne
Ma vie en ton pouvoir
Que j’ai crue infinie

Et l’avenir mon seul espoir c’est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d’un monde indifférent

J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres.

Paul Eluard

ma_morte_vivante

Poème proposé par LuCie W à 09:00
Autres poèmes écrits dans Nuits d'hiver ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

jeudi 29 mai 2008

Dans vos yeux

Y08

Dans vos yeux
J'ai lu l'aveu de votre âme
En caractères de flamme
Et je m'en suis allé joyeux
Bornant alors mon espace
Au coin d'horizon qui passe
Dans vos yeux.

Dans vos yeux
J'ai vu s'amasser l'ivresse
Et d'une longue caresse
J'ai clos vos grands cils soyeux.
Mais cette ivresse fut brève
Et s'envola comme un rêve
De vos yeux.

Dans vos yeux
Profonds comme des abîmes
J'ai souvent cherché des rimes
Aux lacs bleus et spacieux
Et comme en leurs eaux sereines
J'ai souvent noyé mes peines
Dans vos yeux.

Dans vos yeux
J'ai vu rouler bien des larmes
Qui m'ont mis dans les alarmes
Et m'ont rendu malheureux.
J'ai vu la trace des songes
Et tous vos petits mensonges
Dans vos yeux.

Dans vos yeux
Je ne vois rien à cette heure
Hors que l'amour est un leurre
Et qu'il n'est plus sous les cieux
D'amante qui soit fidèle
A sa promesse... éternelle
Dans vos yeux.

Gaston Couté

KJIJOI

Poème proposé par LuCie W à 09:18
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

mercredi 28 mai 2008

Parfum exotique

parfum_exotique

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne,

Je respire l'odeur de ton sein chaleureux.
Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone;

Une île paresseuse où la nature donne
Des arbres singuliers et des fruits savoureux;
Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,
Et des femmes dont l' œil par sa franchise étonne.

Guidé par ton odeur vers de charmants climats,
Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor tout fatigués par la vague marine,

Pendant que le parfum des verts tamariniers,
Qui circule dans l'air et m'enfle la narine,
Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.

Baudelaire

parfum_exotique

Poème proposé par LuCie W à 20:54
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

Je n'ai songé qu'à toi

261

Je n'ai songé qu'à toi, ma Belle, l'autre soir.
Quelque chose flottait de tendre dans l'air noir,
Qui faisait vaguement fondre l'âme trop pleine.
Je marchais, on eût dit, baigné dans ton haleine.
Les souffles qui passaient semblaient rouler dans l'air
Un souvenir obscur et tiède de ta chair.
J'aurais voulu t'avoir près de moi, caressante,
Appuyée à mon bras dans ta grâce enlaçante,
Et lente et paresseuse, et retardant le pas
Pour me baiser sans bruit comme on parle tout bas.
L'amour vibrait en moi comme un clavier qu'on frôle
Ô câline d'amour bercée à mon épaule !
Et je t'évoquais toute avec ton grand manteau,
Et la touffe de fleurs tremblante à ton chapeau,
Et tes souliers vernis luisant dans la nuit sombre,
Et ton ombre au pavé fiancée à mon ombre.
Il est ainsi des soirs faits de douceur qui flotte,
De beaux soirs féminins où le coeur se dorlote,
Et qui font tressaillir l'âme indiciblement
Sous un baiser qui s'ouvre au fond du firmament.

Tes yeux me souriaient... et je marchais heureux
Sous le ciel constellé, nocturne et vaporeux,
Pendant que s'entr'ouvrait, blancheur vibrante et pure,
Mon âme - comme un lys ! - passée à ta ceinture.

Albert Samain

_PIOIJKJN

Poème proposé par LuCie W à 08:49
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

mardi 27 mai 2008

Le baiser

le_baiser

Reçois ce baiser sur le front!
Et, puisque que c'est l'heure de te quitter
Alors c'est bien haut que j'avoue
Tu n'as pas tort, toi qui juges
Que mes jours ont été un rêve;
Et si l'Espoir s'est enfui
Pendant la nuit ou pendant le jour
Dans une vision ou dans aucune,
Pour autant s'en est-il moins allé?
TOUT ce que nous voyons ou paraissons
N'est qu'un rêve dans un rêve.

Allan Edgar Poe

le_baiser

Poème proposé par LuCie W à 08:50
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

lundi 26 mai 2008

Mon enfant

010

Elle est l’enfant de mes rêves,
La glorieuse victoire des sens,
La merveille éternelle de ma sève
Fruit béni d’un été d’abondance

Elle ce ciel assagit qui remplis l’Eternel
Horizon de milliards de pastels,
Où se dessine un visage en peinture murale
Divinité bercée par les étoiles de cristal

Je la transporte sans cesse dans mes pensées,
Elle qui me change et m’enchante toujours
Contre mon sein, sa blonde chevelure coiffée
En douce vague de piété et d’amour

Si fragile et pourtant me domine, quand
Dans l’obscurité de sa chambre bruyante,
Elle me malmène, boudeuse et impatiente,
ELLE, mon âme, mon cœur, mon enfant

Samuel Coelho
photozc6

Poème proposé par LuCie W à 21:00
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

Si je n'aimais que toi en toi

si_je_n_aimais_que_toi_en_toi

Si je n'aimais que toi en toi
Je guérirais de ton visage
Je guérirais bien de ta voix
Qui m'émeut comme lorsqu'on voit
Dans le nocturne paysage
La lune énigmatique et sage
Qui nous étonne chaque fois

Si c'était toi par qui je rêve
Toi vraiment seul, toi seulement
J'observerais tranquillement
Ce clair contour, cette âme brève
Qui te commence et qui t'achève

Mais à cause de nos regards

A cause de l'insaisissable
A cause de tous les hasards
Je suis parmi toi haute et stable
Comme le palmier dans les sables
Nous sommes désormais égaux
Tout nous joint, rien ne nous sépare
Je te choisis si je compare
C'est toi le riche et moi l'avare
C'est toi le chant et moi l'écho
Et t'ayant comblé de moi-même
O visage par qui je meurs

Rêves, désir, parfums, rumeurs
Est-ce toi ou bien moi que j'aime.

Anna de Noailles


Si_je_n_aimais_que_toi

Poème proposé par LuCie W à 17:17
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

dimanche 25 mai 2008

La sollitude

solitude

La solitude c'est la sonnerie du téléphone
Et une voix étrangère qui vous tire du sommeil ;
La solitude c'est le dimanche vide
Aux conversations vides et sans soleil.

La solitude c'est regarder par la vitre
Les gens pressés se dispersant dans la brume
C'est l'intime ennui avant le sommeil
Et la torpeur pendant les nuits sans lune.

La solitude c'est aimer beaucoup
Et n'avoir rien de quoi aimer
N'avoir personne à qui offrir des fleurs
Personne à qui raconter sa journée.

C'est être partout de trop, étranger,
Quelqu'un qu'on n'invite nulle part, un paria,
Sans un souvenir qui te fasse souffrir,
Sans espoir aucun pour ce qui arrivera.

Mais la détresse de mes journées sans toi,
Ma grande détresse infernale,
Liée à tout ce que tu sais ou ne sais pas :
Je ne peux rien lui trouver d'égal.

Et les minutes de défiler lentement,
Lourdes d'une attente improbable,
Lourdes par ce qu'on appelle le manque
Et qui m'est intolérable…

Drita Como-Vetmia
(Poète Albanais)

FLEUR

Poème proposé par LuCie W à 10:38
Autres poèmes écrits dans Nuits d'hiver ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [2]

Permalien [#]

samedi 24 mai 2008

Le mauvais jardinier

mauvais_jardinier

Dans les jardins d'hiver des fleuristes bizarres
Sèment furtivement des végétaux haineux,
Dont les tiges bientôt grouillent comme les noeuds
Des serpents assoupis aux bords boueux des mares.

Leurs redoutables fleurs, magnifiques et rares,
Où coulent de très lourds parfums vertigineux,
Ouvrent avec orgueil leurs vases vénéneux.
La mort s'épanouit dans leurs splendeurs barbares.
Leurs somptueux bouquets détruisent la santé
Et c'est pour en avoir trop aimé la beauté
Qu'on voit dans les palais languir les blanches reines.

Et moi, je vous ressemble, ô jardiniers pervers !
Dans les cerveaux hâtifs où j'ai jeté mes graines,
Je regarde fleurir les poisons de mes vers.

Iwan Gilkin

mauvais_jardinier

Poème proposé par LuCie W à 10:26
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [4]

Permalien [#]

jeudi 22 mai 2008

Méditation

m_ditation

On aime d’abord par hasard
Par jeu, par curiosité
Pour avoir dans un regard
Lu des possibilités

Et puis comme au fond de soi-même
On s’aime beaucoup
Si quelqu’un vous aime, on l’aime
Par conformité de goût

On se rend grâce, on s’invite
À partager ses moindres mots
On prend l’habitude vite
D’échanger de petits mots
Quand on a longtemps dit les mêmes
On les redit sans y penser
Et alors, mon Dieu, on aime
Parce qu’on a commencé.

Paul Géraldy

meditation

Poème proposé par LuCie W à 21:32
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]