--> Fleurs Du Mal

Fleurs Du Mal

Poèmes et sentiments

Certaines poésies et photographies sont personnelles, quelques photographies ont un copyright, merci de ne rien copier sans autorisation Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

mercredi 7 janvier 2009

Donne moi tes yeux

f12444863a


Donne-moi tes yeux
Pour les enfouir dans mon visage vieillissant
Pour me voir resplendissant.
 

Donne-moi tes yeux,
Ta vue bleue qui toujours édifie,
Compatit, embellit.
 

Donne-moi tes yeux
Qui tuent, brulent, désirent,

Qui beau me voient.

Donne-moi tes yeux,
Je m’aime moi-même si je t’aime

Et jaloux suis-je de tes yeux.

Endre Ady

(Poète hongrois 1877-1919)


12523612


Poème proposé par LuCie W à 16:11
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

J'ai ruiné mon coeur

Sundsbo_04

J’ai ruiné mon cœur, j’ai dévasté mon âme
Et je suis aujourd’hui le mendiant d’amour:
Des souvenirs, pareils à la vermine infâme,
Me rongent à la face implacable du jour.
J’ai ruiné mon cœur, j’ai dévasté mon âme
Et je viens lâchement implorer du destin
Un reflet de tes yeux au caprice divin,
O forme fugitive, ô pâleur parfumée
Si prodigalement, si largement aimée!

J’ai cherché ton regard dans les yeux étrangers,
J’ai cherché ton baiser sur des lèvres fuyantes;
La vigne qui rougit au soleil des vergers
M’a versé dans ses flots le rire des Bacchantes;
J’ai cherché ton regard dans les yeux étrangers
Sans libérer mon cœur de tes âpres caresses.
Et, comme les soupirs des plaintives maîtresses
Qui pleurent dans la nuit un été sans retour,
J’entends gémir l’écho des paroles d’amour.

O forme fugitive, ô pâleur parfumée,
Incertaine douceur arrachée au destin,
Si prodigalement, si largement aimée,
J’ai perdu ton sourire au caprice divin;
O forme fugitive, ô pâleur parfumée,
Tu m’as fait aujourd’hui le mendiant d’amour
Étalant à la face implacable du jour
La douleur sans beauté d’une misère infâme…
J’ai ruiné mon cœur, j’ai dévasté mon âme.


Renée Vivien

En souvenir du Mendiant, s'il repasse par ici

12335281

Poème proposé par LuCie W à 10:07
Autres poèmes écrits dans Nuits d'hiver ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

samedi 3 janvier 2009

Le chemin de l'amour

le_chemin_de_l_amour

Amour, mon cher Amour, je te sais près de moi
Avec ton beau visage.
Si tu changes de nom, d'accent, de coeur et d'âge,
Ton visage du moins ne me trompera pas.
Les yeux de ton visage, Amour, ont près de moi
La clarté patiente des étoiles.
De la nuit, de la mer, des îles sans escales,
Je ne crains rien si tu m'as reconnue.
Mon Amour, de bien loin, pour toi, je suis venue
Peut-être. Et nous irons Dieu sait où maintenant ?
Depuis quand cherchais-tu mon ombre évanouie ?
Quand t'avais-je perdu ? Dans quelle vie ?
Et qu'oserait le ciel contre nous maintenant ?

Sabine Sicaud

Bleu_iris

Poème proposé par LuCie W à 18:45
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [5]

Permalien [#]

mardi 30 décembre 2008

Le souvenir d'amour

Libre__60_

Le souvenir d'amour, c'est pas un cœur
au bout d'une chaîne, ni peint à l'entonnoir
sur un cochon de pain d'épice à la foire,
ni un feu d'artifice la main dans la main
enfin, c'est pas ce qui est gravé dans
ma mémoire, c'est ce qui est tatoué invisible
sur mon corps tout entier,
mon corps aimé, caressé, admiré.

Jacques Prévert

12177304

Poème proposé par LuCie W à 21:27
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [3]

Permalien [#]

samedi 21 juin 2008

Aveu dans le silence

6

Dans l’orage secret, dans le désordre extrême
Je n’ose m’avouer à moi-même que j’aime !
Cela m’est trop cruel, trop terrible… Mais j’aime !
       

Pourquoi je l’aime ainsi ? L’éclat de ses cheveux…
Sa bouche… Son regard !… Ce qu’elle veut, je veux.
Je ne vis que de la clarté de ses cheveux…        

Et je ne vis que du rayon de ce sourire
Qui m’attendrit, et que j’appelle et je désire…
O miracle de ce miraculeux sourire !…
       

Sa robe a des plis doux qui chantent… Et ses yeux
Gris-verts ont un regard presque… miraculeux…
J’adore ses cheveux et son front et ses yeux…
       

Elle ne saura point, jamais, combien je l’aime
Cependant ! Car jamais ma jalousie extrême
Ne lui laissera voir, jamais, combien je l’aime !

Renée Vivien

 

12538719 

Poème proposé par LuCie W à 12:01
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [12]

Permalien [#]

dimanche 8 juin 2008

Je t'aime ..

je_t_aime

Je t'aime d'être faible et câline en mes bras
Et de chercher le sûr refuge de mes bras
Ainsi qu'un berceau tiède où tu reposeras.

Je t'aime d'être rousse et pareille à l'automne,
Frêle image de la Déesse de l'automne
Que le soleil couchant illumine et couronne.

Je t'aime d'être lente et de marcher sans bruit
Et de parler très bas et de haïr le bruit,
Comme l'on fait dans la présence de la nuit.

Et je t'aime surtout d'être pâle et mourante,
Et de gémir avec des sanglots de mourante,
Dans le cruel plaisir qui s'acharne et tourmente.

Je t'aime d'être, ô soeur des reines de jadis,
Exilée au milieu des splendeurs de jadis,
Plus blanche qu'un reflet de lune sur un lys...

Je t'aime de ne point t'émouvoir, lorsque blême
Et tremblante je ne puis cacher mon front blême,
Ô toi qui ne sauras jamais combien je t'aime !

 Renée Vivien

JE_T_AIME

Poème proposé par LuCie W à 18:00
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [8]

Permalien [#]

La vie antérieure

la_vie_ant_rieure

J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux
Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,
Mêlaient d'une façon solennelle et mystique
Les tout-puissants accords de leur riche musique
Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs
Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
Et dont l'unique soin était d'approfondir
Le secret douloureux qui me faisait languir.

Baudelaire.
  la_vie_anterieure   

Poème proposé par LuCie W à 09:00
Autres poèmes écrits dans
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

samedi 7 juin 2008

Beauté des femmes

beaute_des_femmes
Beauté des femmes, leur faiblesse, et ces mains pâles
Qui font souvent le bien et peuvent tout le mal,
Et ces yeux, où plus rien ne reste d'animal
Que juste assez pour dire : " assez " aux fureurs mâles.

Et toujours, maternelle endormeuse des râles,
Même quand elle ment, cette voix !  Matinal
Appel, ou chant bien doux à vêpre, ou frais signal,
Ou beau sanglot qui va mourir au pli des châles !...

Hommes durs !  Vie atroce et laide d'ici-bas !
Ah ! que du moins, loin des baisers et des combats,
Quelque chose demeure un peu sur la montagne,

Quelque chose du coeur enfantin et subtil,
Bonté, respect !  Car, qu'est-ce qui nous accompagne
Et vraiment, quand la mort viendra, que reste-t-il?

Verlaine
beaut__des_femmes
     

Poème proposé par LuCie W à 18:00
Autres poèmes écrits dans Soirs d'Automne ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

Musulmanes

HHFS

Vous cachez vos cheveux, la toison impudique,
Vous cachez vos sourcils, ces moustaches des yeux,
Et vous cachez vos yeux, ces globes soucieux,
Miroirs plein d’ombre où reste une image sadique ;

L’oreille ourlée ainsi qu’un gouffre, la mimique
Des lèvres, leur blessure écarlate, les creux
De la joue, et la langue au bout rose et joyeux,
Vous les cachez, et vous cachez le nez unique !

Votre voile vous garde ainsi qu’une maison
Et la maison vous garde ainsi qu’une prison ;
Je vous comprends : l’Amour aime une immense scène.

Frère, n’est-ce pas là la femme que tu veux :
Complètement pudique, absolument obscène,
Des racines des pieds aux pointes des cheveux ?

Germain Nouveau

AT1__3_

Poème proposé par LuCie W à 09:00
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

vendredi 6 juin 2008

Lucidité

lucidit_

L’art délicat du vice occupe tes loisirs,
Et tu sais réveiller la chaleur des désirs
Auxquels ton corps perfide et souple se dérobe.
L’odeur du lit se mêle aux parfums de ta robe.
Ton charme blond ressemble à la fadeur du miel.
Tu n’aimes que le faux et l’artificiel,
La musique des mots et des murmures mièvres.
Ton baiser se détourne et glisse sur les lèvres.
Tes yeux sont des hivers pâlement étoilés.
Les deuils suivent tes pas en mornes défilés.
Ton geste est un reflet, ta parole est une ombre.
Ton corps s’est amolli sous des baisers sans nombre,
Et ton âme est flétrie et ton corps est usé.
Languissant et lascif, ton frôlement rusé
Ignore la beauté loyale de l’étreinte.
Tu mens comme l’on aime, et, sous ta douceur feinte,
On sent le rampement du reptile attentif.
Au fond de l’ombre, elle une mer sans récif,
Les tombeaux sont encor moins impurs que ta couche…
O Femme ! Je le sais, mais j’ai soif de ta bouche !

Renée Vivien

lucidite

Poème proposé par LuCie W à 19:03
Autres poèmes écrits dans Flammes de l'Eté ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [2]

Permalien [#]