--> Fleurs Du Mal

Fleurs Du Mal

Poèmes et sentiments

Certaines poésies et photographies sont personnelles, quelques photographies ont un copyright, merci de ne rien copier sans autorisation Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

dimanche 17 janvier 2010

Un hémisphère dans une chevelure

   2663886292_1


Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l'odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l'eau d'une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l'air.
   Si tu pouvais savoir tout ce que je vois! tout ce que je sens! tout ce que j'entends dans tes cheveux! Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur la musique.
   Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l'espace est plus bleu et plus profond, où l'atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine.
   Dans l'océan de ta chevelure, j'entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d'hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l'éternelle chaleur.
   Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur un divan, dans la chambre d'un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port, entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes.
   Dans l'ardent foyer de ta chevelure, je respire l'odeur du tabac mêlé à l'opium et au sucre; dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l'infini de l'azur tropical; sur les rivages duvetés de ta chevelure je m'enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l'huile de coco.
   Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs.

Baudelaire
Le Spleen de Paris

n15745004


Poème proposé par LuCie W à 17:10
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [8]

Permalien [#]

dimanche 8 mars 2009

Je dors quand je veux avec elle

je_dors_quand_je_veux_avec_elle

Je l'aime bien, parce qu'elle a les yeux
Et les sourcils de couleur toute noire,
Le teint de rose et l'estomac d'ivoire,
L'haleine douce et le rire gracieux.

Je l'aime bien, pour son front spacieux
Où l'amour tient le siège de sa gloire,
Pour sa faconde et sa riche mémoire
Et son esprit plus qu'autre industrieux.

Je l'aime bien parce qu'elle est humaine,
Parce qu'elle est de savoir toute pleine
Et que dans son coeur d'avarice n'est point.

Mais qui me fait l'aimer d'une amour telle,
C'est parce qu'elle me tient bien point
Et que je dors quand je veux avec elle.

Olivier de Magny
1529 - 1561


je_dors_quand_je_veux_avec_elle

Poème proposé par LuCie W à 21:00
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [4]

Permalien [#]

Elle danse

elle_danse

Elle danse sur le sable
En cercle, en rond de douceur,
Et son sourire adorable
Est un éternel puit de chaleur

Elle a la couleur de la vie
Imprimée sur ses joues chatoyantes
Courrant sur cette terre innocente
Sous ce vaste dôme de ciel infini

Elle mime sans fin,
Des histoires pleines de pantins
Son souffle ivre de paroles
De dons et d’oboles

Ce n’est qu’une enfant
Qui marche sur le vent
Souriant sans raison
Au monde, aux gens, aux saisons

Samuel Coelho

elle_danse

Poème proposé par LuCie W à 15:00
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

samedi 7 mars 2009

Il pleut

ilPLEUT


Il pleut  c'est merveilleux. Je t'aime.
Nous resterons à la maison :
Rien ne nous plaît plus que nous même
Par ce temps d'arrière saison.

Il pleut - les taxis vont et viennent.
On voit rouler les autobus.
Et les remorqueurs sur la Seine
Font un bruit... qu'on ne s'entend plus !

C'est merveilleux : il pleut. J'écoute
la pluie dont le crépitement
Heurte la vitre goutte à goutte...
Et tu me souris tendrement.

Je t'aime. Oh ! ce bruit d'eau qui pleure,
Qui sanglote comme un adieu.
Tu vas me quitter tout à l'heure :
On dirait qu'il pleut dans tes yeux.

Francis Carco
1886 - 1958

il_pleut

Poème proposé par LuCie W à 15:10
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

jeudi 5 mars 2009

Petit matin

Po_te_mineur

Je te reconnaîtrai aux algues de la mer
Au sel de tes cheveux, aux herbes de tes mains
Je te reconnaîtrai au profond des paupières
Je fermerai les yeux, tu me prendras la main.

Je te reconnaîtrai quand tu viendras pieds nus
Sur les sentiers brûlants d'odeurs et de soleil
Les cheveux ruisselants sur tes épaules nues
Et les seins ombragés des palmes du soleil

Je laisserai alors s'envoler les oiseaux
Les oiseaux long-courriers qui traversent les mers
Les étoiles aux vents courberont leurs fuseaux
Les oiseaux très pressés fuiront dans le ciel clair.

Je t'attendrai en haut de la plus haute tour
Où pleurent nuit et jour les absents dans le vent
Quand les oiseaux fuiront je saurai le jour
Est là marqué des pas de celle que j'attends.

Complices du soleil je sens mon corps mûrir
De la patience aveugle et laiteuse des fruits
Ses froides mains de sel lentement refleurir
Dans le matin léger qui jaillit de la nuit.

Claude Roy
1915 - 1997

po_te_mineur

Poème proposé par LuCie W à 20:21
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

dimanche 22 février 2009

Matin de pluie

h1132339959

C'est la pluie sur la mer.

Devant la fenêtre ouverte

tu la regardes, la tempe contre la vitre


Image de quelques secondes,
Immobile à contre jour,

Ton corps différent, dans sa nudité encore nocturne.


Tu te tournes de mon côté,
Et tu souris.

Je Pense à tout ce temps qui a passé et mon souvenir se fige.


Les heures sont là qui ne passent pas;
Et demain est loin comme un récif que je distingue à peine.


Tu ne sens pas
Comme le temps devient dense dans cette chambre

Avec sa lumière allumée?


Alors , bonne nuit..
Pays tranquille dont les contours sont ceux de ton corps.


Jaime Gil de Biedman
Poète espagnol 1929-1990

871254

Poème proposé par LuCie W à 11:47
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

samedi 31 janvier 2009

Le baiser

le_baiser


Toute tiède encore du linge annulé
Tu fermes les yeux et tu bouges
Comme bouge un chant qui nait
Vaguement mais de partout

Odorante et savoureuse
Tu dépasses sans te perdre
Les frontières de ton corps

Tu as enjambé le temps
Te voici femme nouvelle
Révélée à l'infini

Paul Eluard


le_baiser

Poème proposé par LuCie W à 11:03
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [1]

Permalien [#]

samedi 3 janvier 2009

Le chemin de l'amour

le_chemin_de_l_amour

Amour, mon cher Amour, je te sais près de moi
Avec ton beau visage.
Si tu changes de nom, d'accent, de coeur et d'âge,
Ton visage du moins ne me trompera pas.
Les yeux de ton visage, Amour, ont près de moi
La clarté patiente des étoiles.
De la nuit, de la mer, des îles sans escales,
Je ne crains rien si tu m'as reconnue.
Mon Amour, de bien loin, pour toi, je suis venue
Peut-être. Et nous irons Dieu sait où maintenant ?
Depuis quand cherchais-tu mon ombre évanouie ?
Quand t'avais-je perdu ? Dans quelle vie ?
Et qu'oserait le ciel contre nous maintenant ?

Sabine Sicaud

Bleu_iris

Poème proposé par LuCie W à 18:45
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [5]

Permalien [#]

samedi 7 juin 2008

Musulmanes

HHFS

Vous cachez vos cheveux, la toison impudique,
Vous cachez vos sourcils, ces moustaches des yeux,
Et vous cachez vos yeux, ces globes soucieux,
Miroirs plein d’ombre où reste une image sadique ;

L’oreille ourlée ainsi qu’un gouffre, la mimique
Des lèvres, leur blessure écarlate, les creux
De la joue, et la langue au bout rose et joyeux,
Vous les cachez, et vous cachez le nez unique !

Votre voile vous garde ainsi qu’une maison
Et la maison vous garde ainsi qu’une prison ;
Je vous comprends : l’Amour aime une immense scène.

Frère, n’est-ce pas là la femme que tu veux :
Complètement pudique, absolument obscène,
Des racines des pieds aux pointes des cheveux ?

Germain Nouveau

AT1__3_

Poème proposé par LuCie W à 09:00
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]

samedi 31 mai 2008

La centaine d'amour

centaine_d_amour

Sache que je ne t’aime pas et que je t’aime
puisque est double la façon d’être de la vie,
puisque la parole est une aile du silence,
et qu’il est dans le feu une moitié de froid.

Moi je t’aime afin de commencer à t’aimer,
afin de pouvoir recommencer à l’infini
et pour que jamais je ne cesse de t’aimer :
c’est pour cela que je ne t’aime pas encore.

Je t’aime et je ne t’aime pas, c’est comme si
j’avais entre mes deux mains les clés du bonheur
et un infortuné, un incertain destin.

Mon amour a deux existences pour t’aimer.
Pour cela je t’aime quand je ne t’aime pas
et c’est pour cela que je t’aime quand je t’aime.

Pablo Neruda

304445_Image_2026

Poème proposé par LuCie W à 18:00
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [0]

Permalien [#]