-->

Fleurs Du Mal

Poèmes et sentiments

Certaines poésies et photographies sont personnelles, quelques photographies ont un copyright, merci de ne rien copier sans autorisation Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

dimanche 17 janvier 2010

Un hémisphère dans une chevelure

   2663886292_1


Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l'odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l'eau d'une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l'air.
   Si tu pouvais savoir tout ce que je vois! tout ce que je sens! tout ce que j'entends dans tes cheveux! Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur la musique.
   Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l'espace est plus bleu et plus profond, où l'atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine.
   Dans l'océan de ta chevelure, j'entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d'hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l'éternelle chaleur.
   Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur un divan, dans la chambre d'un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port, entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes.
   Dans l'ardent foyer de ta chevelure, je respire l'odeur du tabac mêlé à l'opium et au sucre; dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l'infini de l'azur tropical; sur les rivages duvetés de ta chevelure je m'enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l'huile de coco.
   Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs.

Baudelaire
Le Spleen de Paris

n15745004


Poème proposé par LuCie W à 17:10
Autres poèmes écrits dans Matins de Printemps ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [8]

Permalien [#]

Traces de passage...

    coucou

    Coucou Lucie,

    Ravi de te voir ré-alimenter ton blog avec ce merveilleux poème chargé de sensualité. Influence de tes origines méditerranéennes ?

    A bientôt. Je t'embrasse

    Posté par Lous , le mardi 26 janvier 2010 à 11:08
  • Les odeurs ont le pouvoir d'apaiser les maux parfois...j'aime beaucoup ce texte, il est apaisant en soi.
    Bises

    Posté par LuCie , le jeudi 28 janvier 2010 à 10:23
  • Lulu

    Heureux de voir que ton blog bouge, j'en ai fait un aussi, j'aimerai bien avoir de tes news, cela me ravivera mon âme de poète, qui en a bien besoin vu mes périple .

    Gros bisous à vous tous

    Jules

    Posté par Jules , le jeudi 4 février 2010 à 13:03
  • Oh !

    Je n'avais pas commenté ce texte magnifique (dans le genre, j'aime Laurent Gaudé, un homme, un auteur que j'ai rencontré et qui aime le sud, sa femme est sicilienne, tous ces romans ont une empreinte magique, et magnifique)
    Bises

    Posté par wictoria , le jeudi 18 février 2010 à 22:25
  • pour mirage

    pourquoi ça passe pas? Trop long?

    Posté par guiom , le dimanche 17 octobre 2010 à 01:41
  • pour mirage

    Par hasard lucie je me retrouve à cette page,
    quand tout soudain m'apparait en mirage

    Posté par guiom , le dimanche 17 octobre 2010 à 01:42
  • lucie mais où es-tu ?

    Posté par elsa boramy , le lundi 2 mai 2011 à 15:52
  • je suis toujours là, pas très loin...(sourire)

    Posté par LuCie , le mercredi 18 mai 2011 à 10:15

Laissez moi une trace de votre passage