-->

Fleurs Du Mal

Poèmes et sentiments

Certaines poésies et photographies sont personnelles, quelques photographies ont un copyright, merci de ne rien copier sans autorisation Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

dimanche 25 mai 2008

La sollitude

solitude

La solitude c'est la sonnerie du téléphone
Et une voix étrangère qui vous tire du sommeil ;
La solitude c'est le dimanche vide
Aux conversations vides et sans soleil.

La solitude c'est regarder par la vitre
Les gens pressés se dispersant dans la brume
C'est l'intime ennui avant le sommeil
Et la torpeur pendant les nuits sans lune.

La solitude c'est aimer beaucoup
Et n'avoir rien de quoi aimer
N'avoir personne à qui offrir des fleurs
Personne à qui raconter sa journée.

C'est être partout de trop, étranger,
Quelqu'un qu'on n'invite nulle part, un paria,
Sans un souvenir qui te fasse souffrir,
Sans espoir aucun pour ce qui arrivera.

Mais la détresse de mes journées sans toi,
Ma grande détresse infernale,
Liée à tout ce que tu sais ou ne sais pas :
Je ne peux rien lui trouver d'égal.

Et les minutes de défiler lentement,
Lourdes d'une attente improbable,
Lourdes par ce qu'on appelle le manque
Et qui m'est intolérable…

Drita Como-Vetmia
(Poète Albanais)

FLEUR

Poème proposé par LuCie W à 10:38
Autres poèmes écrits dans Nuits d'hiver ♣
Pour laisser un message c'est ICI...! [2]

Permalien [#]

Traces de passage...

    Grand surprise !
    Lucie publie une poetesse albaniase, symbol de la soufransse d’un peuple sur le regime totalitaire du dictatuer Enver Hoxha. En tant que albanais, je te dis: Merci Lucie ! Le poeme "La solitude" ( Vetmia – en albanais) fait part dans le journal intime de Drita Çomo (1958-1981). "Cette lueur qui monte de l'abîme", équivaut, par bien des aspects, au Journal d'Anne Frank. Son atmosphère évoque aussi Le Pavillon des cancéreux d'Alexandre Soljenitsyne. Ces comparaisons ne sont en rien abusives. Atteinte d'un cancer qui la terrassera vers sa vingtième année, Drita Çomo rappelle son existence singulière dans le contexte de la dictature albanaise. Elle témoigne non seulement des progrès de sa maladie, mais restitue également un climat politique oppressant sur un mode allusif et révélateur. Drita Como est mort a l’hopital oncologique de Tirana en 1981, presque abandonée par tous - a cause de sa "mauvaise biographie" en tant qu'issu d’une 'famille d’ennemis du peuple'.
    Encore merci, Lucie !
    Simbad

    Posté par Simbad , le dimanche 25 mai 2008 à 11:27
  • Simbad > Merci pour ces précisions sur la vie de cette poètesse.

    Posté par LuCie , le dimanche 25 mai 2008 à 12:04

Laissez moi une trace de votre passage